Ses mains

Publié le par Opale

Ses mains comme des serpents
Rampantes et assassines
Ses mains glissent partout
Ses mains touchent partout
Petite ado perdue
J'attends, je ne sais plus
Que se passe-t'il soudain
Pourquoi je sens ses mains
Elles sont là sur mon corps
Pieuvres sur ma peau nue
Elles descendent encore
Elles veulent me mettre à mort
Ses mains d'araignée courent
Et mon coeur est si lourd
Elles franchissent l'interdit
Coeur et âme sont salis
Mains-serpents commandantes
Mains-araignées vivantes
Elles s'emparent de mes sens
Elles m'injectent la souffrance
Corps perdu, corps à nu
Envahi par l'étrange
Coeur coupable, coeur malade
Se désigne responsable
Le venin du serpent
Coule trop lentement
Telle une drogue infâme
Déchirure dans mon âme
Ses mains me tiennent encore
Ses mains m'étouffent plus fort
Un doigt accusateur
Crache sur ma pudeur
Ses mains m'ont fait sentir
Un soi-disant "plaisir"
A cause de cette drogue
Mon enfance va mourir...
Sous ses mains.

(01/08/2003)

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Poèmes de 2003

Commenter cet article