Elles coulent

Publié le par Opale

Elles coulent, elles roulent
Et sans savoir pourquoi
Elles crient, elles hurlent
Sur un coeur aux abois
Les larmes salées et amères
D'une vie qui veut quitter la Terre
Elles tracent et creusent
Des sillons le long des joues
Elles saignent et meurent
Pour s'effondrer n'importe où
Les larmes de torture et de mal
Les larmes de douleur infernale
Elles coulent, elles roulent
Et sans savoir pourquoi
Me tuent, sangsues
Qui se sont emparées de moi.

(28/12/2003)

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Poèmes de 2003

Commenter cet article