Ta tombe

Publié le par Opale

Que pourrais-je écrire sur ta tombe

Alors que t'es pas vraiment morte ?

Ci-gît Opale, petite fille

Disparue le coeur en guenilles

Que pourrais-je porter sur ta tombe

Alors que tu respires encore ?

Quelques nounours, un ou deux jouets

De quoi pouvoir t'apprivoiser.

Crois-tu que je puisse enterrer 

Tous ces morceaux de coeur brisé

Tout ton ennui, cette petite vie

Ton âme qui est juste en sursis.

Je suis là à porter le deuil

Mon enfance est dans son cercueil

Tu es si pâle, le regard vide

Et j'ai mal d'en être lucide.

Nos années d'enfance sont passées

Toi et moi resterons liées

Mais pardon petite fille tu vois

Je ne pourrai plus rien pour toi

Je ne peux pas te redonner

Toutes ces années qu'il t'a volées

Si tu savais comme j'aimerais

Et comme j'ai mal à en crever

Je n'peux rien faire d'autre que garder

Une place pour toi dans mes pensées

Je n'peux rien faire d'autre que tenter

De changer notre destinée.

 


Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Poèmes de 2012

Commenter cet article

tamimi2213 01/07/2012 23:44

C'est un magnifique poème ! Je l'avais raté.
C'est vrai que tu ne peux plus rien pour la petite fille malheureuse que tu as été à part lui offrir l'espoir d'un alter ego adulte un peu épanoui.
Tu es une belle âme, Opale, et j'espère que tu trouveras, à un moment, le chemin de la joie et de la sérénité.

L'impatiente 20/06/2012 10:50

il y a de l'écho : http://uneimpatience.over-blog.com/article-derriere-moi-103631857.html.

C'est beau de te voir avancer, je t'embrasse.