Amputée

Publié le par Opale

Tu es venu un jour

Et tu m'as découverte

Et ton coeur sans amour

M'a vue déjà à terre

Devant toi sur sa route

Une enfant de huit ans

Cabossée par la vie

Mais l'espoir l'habitant .

Tu n'as pu résister

C'était bien trop tentant

Tu m'as roulé dessus

Comme ne m'ayant pas vue

Tu as oeuvré quatre ans

A semer la terreur

A transformer le temps

En une extrême lenteur .

Puis tu as décidé 

Que c'était le moment

Tu allais m'amputer

De mon âme d'enfant

Le pouvoir de tes mains 

M'a alors tout volé

Pureté, innocence

Amour, complicité .

Tu as pris dans mon coeur

Mon bien le plus précieux

Tu as éteint ma vie

Tu as éteint mes yeux

Me voilà aujourd'hui

Amputée de cette vie

Celle dont j'avais rêvé

Celle que tu as brisée .

Pourquoi ne pourrais-je pas

Tels d'autres handicapés

Me construire une prothèse

Pour enfin avancer ?

Je la bâtis chaque jour

Cette vie handicapée

Peut-être un peu boiteuse

Mais sans perversité .

Me voici amputée

Mais debout devant toi

C'est toi qui es à terre

Tu n'te relèveras pas .

Me voici amputée

Mais plus vivante que toi

Vas-y tu peux crever

Je continue sans toi.

 

 


Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Poèmes de 2013

Commenter cet article

Cora 07/09/2013 15:28

En voilà une "belle" fin :

"Me voici amputée

Mais debout devant toi

C'est toi qui es à terre

Tu n'te relèveras pas .

Me voici amputée

Mais plus vivante que toi

Vas-y tu peux crever

Je continue sans toi"