Pas de mots

Publié le par Opale

 Pas assez de mots
Pour traduire les sanglots
Il n'y a plus que ces plaintes
D'une souffrance qui m'éreinte
Elles se terrent dans mon ventre
Toutes ces douleurs cinglantes
Puis là sans prévenir
Elles viennent me détruire
Coeur qui bat, coeur qui crie
Les sons d'une agonie
D'une vie en sursis
Peur de cette chose en moi
Qui crie mon désarroi
Peur de mon coeur qui bat
Si épuisant combat...
Si peu de mots pour décrire
Le néant où ces plaintes m'attire
Plus d'espace et de temps
Juste une terreur d'enfant
Qui me laisse vidée
Tout petit coeur blessé.

(18/03/2005)

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Poèmes de 2005

Commenter cet article