La main sur la poignée

Publié le par Opale

Debout devant la porte

La main sur la poignée

Et de peur quasi morte

De devoir avancer.

Mon esprit fracassé

Reste persuadé

Que vivre c'est mourir

Et se veut alité.

Quel poison ont-ils mis

A l'intérieur de moi

Quel tueur d'envie

Me ronge à petits pas ?

Cette croyance insensée

D'une inertie alliée

Qui arrêterait le temps

Figeant dans le présent .

L'unique condition

Est de tourner en rond

Car vivre c'est vieillir

Car vivre c'est mourir.

Je me dois d'arracher

Ces curieuses pensées

Et tenter de soigner

Mon cerveau malmené.

Il faut devant la porte

La main sur la poignée

Que je sorte et m'en sorte

Pour enfin exister.

Je pleure devant la porte

La main sur la poignée

Parce que si je suis morte

Ce n'est pas d'avancer.

Je pleure devant la porte

Doucement entrebâillée

Fini de faire la morte

La vie veut me parler.

 

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Poèmes de 2015

Commenter cet article

marie 24/07/2015 20:52

Bonjour,

Je me permets de vous suggérer â titte personnel de vous rapprocher de l' association Survivants de l'inceste anonymes ; ils disposent de réunions le samedi après-midi sur Paris et aussi â présent, sur Skype.

Parallèlement à la thérapie, c'est grâce à leur manière concrète de voir les choses ; s' occuper aussi du comment faire pour apprendre à vivre de manière utile et agréable pour soi et par soi-même que je me suis sortie peu à peu de tout ce que vous décrivet : inertie, temps figé, peu d'envies â l'intérieur, omniprésence du rapport à la mort, ...
Cela m'a permis aussu d'être en contact abec des personnes plus ou moins avancé es dans cette dèmarche de "revivfication", en tout cas desireusres d"aller vers un mieux.
Bien sûr, nous sommes tous différents mais nous avons en général bien plusen commun que nous ne le pensons.

Bref, cela a été pour moi une très belle opportunité, une véritable école de vie. Ce n'est pas facile tous les jours mais ça marche. Ca marche vraiment.
En vous souhaitant le meilleur,
Cordialement,
Marie